Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mars 2014 4 13 /03 /mars /2014 15:00

Photo de moi 60La sortie du leader du leader de l’Afp Moustapha Niasse continue de susciter des réactions plus ou moins hostiles. La monarchisation de nos partis semble de plus  en plus une réalité au regard de la pratique de nos hommes politiques

Perçu comme une structure, le parti politique regroupe des hommes et des femmes qui cherchent à agir, intégrer et influencer l’espace décisionnel par la conquête de mandats électifs.

En somme il s’agit là d’un groupe qui se structure autour d’une doctrine auquel il s’identifie et qu’il compte partager…c’est dire que le parti politique est d’abord une association à but non lucratif.

Comment se fait il que de plus en plus  nos leaders semble aller a contre sens de cette conception sublime du parti politique ?  Depuis nous assistons a un accaparement des partis politiques par les leaders qui nonobstant leur inamovibilité  y exercent un droit de propriété. Ils deviennent l’alpha et l’oméga du parti, aucun respect pour les militants qu’ils finissent par assimiler à des sujets à un bétail malléable et  corvéable à merci. Il n’est pas dés lors surprenant que M Niasse nous offre le Je me retire mais après moi personne d'autre !

Quelle démarche bancale de Moustapha Niasse!

Il nous faut revoir, refaçonner l’image que nous gardons de nos leaders.

Çà et là il est le messie sinon le seul constant ou encore le propriétaire…qui décide de tout²², qui fait émerger ou étouffer qui il veut.

Quand le débat démocratique est étouffé  point de démocratie…

Le diagnostic est là la démocratie patauge et se noie finalement, le système politique se grippe par le jeu des ruses des manipulations et des trahisons...

Plus d’instances décisionnelles mais une station décisionnelle celle du leader…alors bonjour la dictature

La lumière que devrait charrier les idéologies cède le pas à l’obscure pratique de la  trahison qui s’explique par ce souci  de vouloir susciter peut être l’admiration du pourvoyeur de postes…il s’agit d’une manipulation qui ne dit pas son nom.

 

Les partis éprouvent du mal à s'adapter aux évolutions de la société  à opérer les mues idoines parce que plus soucieux des questions financement adossées aux poches du leader et de rentabilité électorale comme caution d’acquisitions de certaines stations

Ils nous faut développer d’autres mécanismes de dépersonnalisation du leadership pour amoindrir le mal des jeux de charisme entretenus et  dont les préjudices sont énormes

       

 

                                                                  Souleymane Diouf

                                                                Opinions Citoyennes

Partager cet article

Repost 0
Published by souleymane diouf - dans culture et politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

Recherche

Liens